Une charmante jeune fille, douce et agréable... Hey ! Pourquoi vous vous marrez ?

Bon ok, je ne suis ni charmante, ni douce ni agréable (je maintiens que je suis jeune, à 30 ans on est pas vieux, avis aux nièces de 11 et 14 ans qui l'ont pensé un beau jour de.. bref je m'égare).

Donc je ne suis pas charmante, pas excessivement sociable et tout plein d'autres défauts. Mais j'ai au moins une qualité, c'est la tolérance (et plein d'autre aussi mais on y serait pour des heures).

En fait, si il y a une chose que j'aime bien, c'est pouvoir vivre ma vie sans qu'on vienne me casser les pieds. En fait, j'ai compris y a pas longtemps que ce qui me semblait tout à fait naturel et limite universel comme rêve s'apparente plus à une chimère qui s'est carapaté à tire d'aile très très loin de chez moi... j'ai pas du lui filer les bonnes croquettes.

Bref, j'ai cru observer que quand vous voulez pas que les gens vous ennuient, et surtout les voisins puisque c'est notre sujet, il y a quelques principes simples à appliquer :

 1 - Etre cool avec eux et les laisser vivre.

Alors ca me semble relativement sensé et généralement ca marche plutôt bien aussi. Si vous êtes sympa, les autres ont tendance à l'être aussi. Bien sur, le cas de l'incrottable con qui ne se sent bien que quant il fait rager les autres est à mettre dans les exeptions... Et le "cassos" avec lui (abréviation vulgaire de "cas social" pour ceux qui ne connaissent pas). Mais de celui là, on va longuement en reparler au fil de ce blog. Donc, revenons à nos moutons, j'ai pour principe de m'obliger à prendre sur moi, mettre de coté mes petites contrariétés en me répétant : tu n'es pas toute seule sur terre ma fille, tu n'est pas le centre du monde. Bon je vais pas hypocrite, je suis seule sur terre et le centre de mon monde. Ca c'est instinctif. Mais globalement, j'arrive assez bien à ne pas le montrer.

 

2 - Ne pas faire ami ami !

Oui, c'est ma seconde règle d'or. Pourquoi ? Parce que vos propres potes vous avez pas forcément envie de les voirs tous les jours. Enfin vous peut etre pas vous mais moi si. J'ai besoin de mes petites plages de tranquilité. Hors devenir pote avec le voisin... Ca veut dire vivre avec votre pote avec seulement un mur (ou un plafond, ou un couloir) en guise de séparation. Bref, j'ai rien contre la vie en communauté ou la colocation, mais si j'en avais envie ben je vivrais justement dans une communauté ou en colocation. Jusque là ca me semble logique et relativement acceptable socialement parlant comme principe.

 

3 - Le voisin n'est pas ton ennemi (enfin si mais pas quand il n'a pas encore commencé à vous pourrir la vie)

Et non, contrairement à ce que l'on pourrais penser à la vue du 2, je ne suis pas partisante du on se croise mais on ne se connais pas. J'ai aucune envie de vivre avec mon voisin, mais pour autant c'est pas un inconnu dans la rue. On vit à quelques pas l'un de l'autre, on est le debut du maillon social, bref j'apprecie quand même une certaine solidarité / rapport courtois avec une personne que je croise régulièrement. Franchement, c'est plus sympa comme quotidien qu'une foule d'inconnu, peu importe où on se trouve et ou on regarde. Alors par contre, si le voisin est du genre, "tu ne m'arracheras même un bonjour en réponse", j'avoue, ca ne me plait pas, je le classe dans la catégorie des "cons-que-je n'aime-pas, mais ceci dit je n'insiste pas et me plie au même exercice. Je préfère même ca au type qui tente sous tous les prétextes à s'inviter chez toi et fait semblant de pas comprendre les diverses excuses diplomates qu'on s'ingenie à inventer pour le tenir à distance sans le froisser.

4 - Rien qui ne me vienne à l'esprit, soit que je commence a être vraiment très fatiguée, soit que le reste relève du détail.

 

Bon là l'idéal serais pour avoir un rapport objectif que mes ex voisins donnent leur version sur l'application desdits principes. Mais Cf le 2, je n'ai aucun rapport avec eux depuis qu'ils ont déménagés hormis un ou deux qui (forcément du coup) ont estimé que je n'étais pas un vosinage désagreable.

Ah si :

5 - quand tu fait du bruit ou un dérangement quelquonque, si malgré le 1, ton voisin est titilleur, ben il a le droit d'être tranquille, donc tu tentes de respecter. En pensant tout bas : pauvre con, si tu veux le calme t'avais qu'a aller t'installer en rase campagne sans voisin ! (bah quoi je l'ai dit d'entrée de jeu hein, des defauts j'en ai mon lot :p)

 

Voilà, le premier personnage est planté.

On va en profiter pour planter le lieu avec : J'habite un appart au centre d'un village animé juste ce qu'il faut pour qu'il y ai de la vie et du mouvement mais suffisement tranquille pour qu'on se permette de vivre zen et sans paranoia. comprenez que vous laissez votre voiture ouverte avec les clefs sur le contact, elle est toujours là le lendemain (sauf quand quelqu'un à eu la gentillesse de vous la déplacer un samedi à 7 H du mat sans venir vous reveiller parce que vous avez forcément oublié que ce jour là, il ne faut pas se garer sur la place à cause de l'évènement x ou y). Bon...  Par souci d'entière vérité, je précise je n'ai jamais pu determiner si c'était pas du aussi au fait que la plupart des voitures que j'ai eue auraient fait pleurer de dépit n'importe quel mendiant malien...

Bref, un village comme je les aimes.

L'appart quand est immense avec un loyer très abordable et un proprio super. Comprenez le bon proprio à l'ancienne, qui vous casse jamais les pieds et avec qui y a toujorus moyen de s'arranger. Jusque là, avoeuz que y a vraiment pas de matière à se plaindre. Et au dessus, un autre appart, au même proprio, plus petit.

Bon le voisin au dessus c'est jamais le top à la base. Le son descend et la chaleur monte et dommage quand il a les branchements de machien a laver au dessus d'une chambre. Mais ca, je l'ai accepté en même temps que mon contrat de bail et je m'en suis accomodée soit très bien (avec les voisins précédents pourtant très vivants comme le veux la culture méditérannéene) ou bon gré mal gré (avec la névrosée avant eux qui quand elle n'avais plus de forfait pour hurler sur sa mère, tente de trouver d'autres cibles pour son mécontentement perpétuel).

 

Bref, je n'étais jamais resté aussi longtemps au même endroit... Jusqu'a ce qu'il ya presque un an... Un immense nuage noir se propage sur mon quotidien... Le Mordor avait ouvert ses portes...

 

La suite une autre fois, Mme Mavoisine semble avoir abdiqué pour la nuit :D